Gare aux piqûres : 57 départements en vigilance rouge au moustique tigre


pub

Chaque année le site Vigilance-Moustiques actualise sa carte de la présence du moustique tigre en France. Six départements supplémentaires passent en rouge en 2020. Découvrez si le vôtre en fait partie.

Le moustique tigre est reconnaissable par la présence d’une ligne médiane d’écailles blanches sur le thorax.
Le moustique tigre est reconnaissable par la présence d’une ligne médiane d’écailles blanches sur le thorax. © AFP / Roger Eritja

Plus de la moitié de la France métropolitaine est désormais placée en vigilance rouge au moustique tigreselon le site Vigilance-Moustiques, qui publie chaque année une carte actualisée de la présence de l’insecte à partir de données officielles. Soit des départements où le moustique est « implanté et actif ».

Les six nouveaux départements concernés sont la Charente, le Cher, la Loire-Atlantique, les Yvelines, les Deux-Sèvres et la Vienne. La carte actualisée :

En tout, 67 départements sont
En tout, 67 départements sont « colonisés » par le moustique ou « en passe de l’être ». / Capture d’écran Vigilance-Moustiques

10 départements sont quant à eux en vigilance orange, c’est à dire que le moustique tigre y a été intercepté dans les cinq dernières années, mais ponctuellement. Il s’agit de l’Allier, du Doubs, de l’Indre-et-Loire, du Jura, du Loir-et-Cher, de la Haute-Loire, de l’Oise, de la Haute-Savoie, de l’Yonne et du Val-d’Oise.


pub

29 départements, enfin, en vigilance jaune : des départements où aucun spécimen n’a été intercepté à ce jour. Les Ardennes, l’Aube, le Calvados, le Cantal, les Côtes-d’Armor, la Creuse, l’Eure, l’Eure-et-Loir, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine, le Loiret, la Manche, la Marne, la Haute-Marne, la Mayenne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, le Morbihan, la Moselle, le Nord, l’Orne, le Pas-de-Calais, la Haute-Saône, la Sarthe, la Seine Maritime, la Somme, la Haute Vienne, les Vosges et le Territoire de Belfort.

Comment il gagne du terrain

Le moustique tigre est un colonisateur hors pairexplique Anna-Bella Failloux, responsable du laboratoire Arbovirus et insectes vecteurs à l’Institut Pasteur. « Comme tous les moustiques, il se reproduit facilement et vite. Une fois que la femelle a piqué un animal ou un homme, elle part en quête d’un habitat humide pour pondre ses œufs », indique la chercheuse. « Certains moustiques apprécient les grands espaces comme les bords de lacs ou les bras morts de grands fleuves mais le moustique tigre préfère déposer ses œufs dans des gîtes larvaires plus petits : un trou d’arbre, une soucoupe de pot de fleur, un pneu… Les œufs vont alors progressivement éclore et donner des larves qui se transforment en nymphes, puis en moustiques adultes. »

L’espèce se plaît essentiellement en milieu urbain. Et l’institut Pasteur prévient : « Il est pratiquement impossible de s’en débarrasser une fois installé dans un département ou une commune. »

Faut-il s’en inquiéter ?

Pas de quoi s’alarmer, en tout cas, à propos d’une éventuelle transmission du coronavirus. En effet, le Covid-19 ne se transmet pas par piqûre de moustique, rassure l’Organisation mondiale de la santé. En outre, sa piqûre est dans la plupart de cas bénigne, accompagnée de quelques démangeaisons et d’un bouton.

En revanche, l’insecte aux pattes rayées noires et blanches est capable de transmettre à l’homme certains virus, comme la dengue (400 cas l’an dernier sur le territoire métropolitain) le zika ou le chikungunya. Des maladies qui restent ceci-dit rares.

Comment s’en protéger ?

L’Agence régionale de santé Île-de-France dresse quelques recommandations :

  • Porter des vêtements couvrants et amples.
  • Allumer si possible la climatisation, car les moustiques fuient les endroits frais.
  • Appliquer sur votre peau des produits anti-moustiques en vous conformant aux conseils de votre médecin ou de votre pharmacien. Un répulsif doit être choisi suivant la tranche d’âge et la population concernée, surtout en ce qui concerne les enfants et les femmes enceintes.
  • Des moustiquaires de berceau imprégnées peuvent être utilisées pour les nourrissons et les bébés.
  • Utiliser des diffuseurs d’insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur.

Comment prévenir sa prolifération ?

Là-encore, les Agences régionales de santé livrent des conseils :

  • Débroussailler, tailler les herbes hautes et les haies, élaguer les arbres.
  • Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux.
  • Réduire les sources d’humidité (donc limiter l’arrosage).
  • Entretenir votre jardin.
  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner (petits détritus, pneus usagés, encombrants).
  • Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine.
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées.
  • Couvrir les réservoirs d’eau et les piscines.

Source


pub



Catégories :Non classé

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :